Patrick 

       atrick Trân-Duc (plaque n°1) alias Yellowperil est le doyen du Team.

Pilote touche à tout, Il a tâté, avec des fortunes diverses de toutes les disciplines moto majeures depuis sa première licence prise en 1969 et c’est cet éclectisme qui lui a permis la saison passée de se voir décerner la distinction de vainqueur du « Challenge pilote N°1 de la "Moto Ancienne", pour avoir couru en 2014 à la fois en moto solo, en side-car et en enduro.

On le voit ici (photo ci dessus) sur une Yamaha 125 partagée avec son frère Fred lors d’une course d’endurance disputée au Mans à la fin des années 60, sa toute première course.

Cette année, sa chère 350 Kawasaki S2 prendra quelque repos, au profit d’un joli monocylindre Yamaha 500 quatre temps en Vintage 500, il tentera de rouler à nouveau en Side-car s’il trouve un pilote prêt à l’accueillir en sides anciens et il devrait récidiver en enduro aux commandes d’une rare Peugeot-Portal TXP de 80 cm3 ou, à défaut de sa 200 Yamaha IT.

 

P

Mon Moto Club: enduretro.free.fr

RETRO ENDURO CLUB de FRANCE

Copyright 2014 - Editions Glénat / Vents d'Ouest - les sportives cultes de Bar2 et Fane

MOTOS 

400 KH

KAWASAKI 400 KH 

 

Si Patrick n’avait pas croisé son ami et presque voisin Bernard en allant chercher sa baguette de pain, un beau jour de 2005, il n’aurait sans doute pas eu la chance de se porter acquéreur, au bord du trottoir, d’une jolie 400 vert d’eau importée d’Italie par le Torquemada du moteur à soupapes, Claude Rochefort, par ailleurs gourou de la EMAC.

Quelques opérations cosmétiques plus tard, quelques améliorations aussi, comme le cintrage des pots afin de gagner un semblant de garde au sol, dans le plus parfait esprit Coupe Kawa, et la belle verte commença à écumer les démos de France et de Navarre avant d’entrer dans le bain du Championnat VMA, en catégorie Classic 500, en ayant troqué son vert originel pour une bleu …Suzuki du plus bel effet, ses tuyères chromées pour des pots de détente réalisés par un artiste bordelais et l’allumage électronique d’origine pour un Mestre plus performant.

Ces améliorations ne suffisent pas pour espérer briller dans une catégorie somme toute relevée mais permettent au moins de passer un bon moment entre gens de bonne compagnie ! 

350 S2

KAWASAKI 350 S2

 

Achetée en 1995 dans son état d’origine mais peinte à la balayette à WC par son précédent propriétaire, jeune homme au demeurant fort sympathique, cette 350 de 1972 fêtera cette année ses 20 ans des bons et loyaux services aux mains de son propriétaire qui ne s’en séparerait pour rien au monde.

Longtemps utilisée dans une configuration Coupe Kawa, avec ses trois pots chromés, la S2 de Patrick s’est vu offrir un jeu de pots de détente, puis, plus tard, un allumage électronique Mestre, nettement plus performant et fiable que le batterie-bobine d’origine puis un étrier de frein de 600 GPX plus mordant. Ce sont les seuls entorses commises, la S2 de Patrick ayant conservé l’allure générale de la moto de Coupe, couleur (un Renault R18TS bien pompier) mise à part.

Engagée depuis plusieurs années en Vintage 500 où elle peine, choses logique, face aux 420 Honda vitaminées et autres 350 Yamaha de la mort qui tue, elle prendra quelque repos cette saison, mais palliera en cas de besoin à toute défaillance fort improbable de la SR 500, les deux motos, bien que très différentes, étant rangées dans la même catégorie

500 SR

SR 500

SR 500

YAMAHA SR 500

 

Achetée sur Leboncoin, le Christies des prolétaires, cette SR 500 au look britannique, avec son réservoir Lyta en alu, sa réplique de selle Seeley, sa ligne d’échappement Scorpion inox et son moteur noir mat (en fait celui de la XT 500) n’est pas un foudre de guerre, avec une quarantaine de chevaux les jours de vent favorable, mais le plaisir ressenti à son guidon est incommensurable et quel bruit !

Non le gros mono n’est pas mort, la preuve, il bande encore.

Bien entendu, la fourche d’origine avoue ses faiblesses à partir de 280 km par heure et tout freinage d’urgence (avec le disque et l’étrier d’origine) doit être précédé d’une lettre recommandée avec avis de réception.

Au plan de la préparation, rien de bien notable, un piston haute compression, un arbre à cames un tantinet plus méchant, un carburateur Mikuni de 38 mm et roulez petits bolides. On est loin des budgets pharaoniques d’un team de GP et avantage non négligeable, un plein de SP98 dure la saison…on exagère à peine.

Cette année, les gros monos japonais (XLS-XT-SR) sont admis en classe Vintage 500 s’ils sont équipés d’un frein à disque (comme celle de Patrick) ou en Vintage 650 (avec les Manx et autres G50) s’ils tentent de freiner avec des tambours.

Mon partenaire: emac

Concept: et réalisation: Hubert HOUSSIN    

Textes: Patrick TRAN-DUC

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now