Course de côte au GASCHNEY Alsace                                                                                  JUILLET 2018

Le Team Seventy’s au Gaschney

Par Patrick

Patrick vient depuis plusieurs années participer à cette épreuve où il aime retrouver l’ambiance des courses d’autrefois, avec une organisation dirigée  avec bonhommie par Jean-Marc Schickel, Marino et son équipe et une ambiance incomparables. Les participants amicaux vient surtout pour le fun et pour retrouver les copains (bonjour les Bisontins), dans une région réellement paradisiaque comme il en existe tant en France. L’an passé, Philippe était venu pour voir, cette année il participait au guidon de sa magnifique Kawa S2 verte.

Surprise agréable, Nicolas Gustin est venu tâter de la côte, non pas avec la 900 Yam de VMA préparée par beau papa, mais avec une CBR600 totalement d’origine. Un tantinet esseulé au fond d’une partie du parc exclusivement peuplée de suisses allemands, il nous a honorés à plusieurs reprises de son agréable présence, lui tout heureux d’entendre parler français et nous de communiquer avec ce garçon attachant et plein d’humour…

Patricia, Philippe, Mariette et Patrick avaient amené une moto de route dans leurs bagages (Transalp 600 pour Philippe, CB500 pour Patrick) afin de visiter la région (la célébrissime route des Crêtes et autres hauts lieux de la région) le jeudi et vendredi matin, avant que ne débutent les contrôles administratifs.

Si le temps s’avéra clément durant la journée du samedi, le lendemain, les averses, parfois de grêle, perturbèrent fortement la course et découragèrent bon nombre de participants peu enclins à affronter les éléments déchaînés… Dans ces conditions extrêmes, le camping-car de Pat et Fifi fut très apprécié aux heures des repas, le confort, parfois, ça a du bon...

« Seul représentant du 70’s à affronter la flotte (Philippe avait décidé de garder sa S2 au chaud alors qu’il avait plutôt bien roulé lors des montées sur le sec du samedi), et je me suis retrouvé, à ma grande surprise, sur la seconde marche du podium d’une classe 3 réduite à sa plus simple expression pour les raisons évoquées plus haut… et premier français. Une anecdote, au moment où, la roue calée, je passe la première, rien ne se passe, une goupille du renvoi de sélection s’est fait la malle. Les commissaires m’évacuent de la ligne et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ils récupèrent la goupille dans le caniveau et assurent le tout avec un lien du genre à fermer les paquets de biscuits. Grâce à eux, j’effectuerai ma montée sans problème. Dire que je n’ai même pas pensé à les remercier ! 

Mais le dimanche soir, une tempête de tous les diables secoue le paddock ou tout du moins ce qui en reste, culbutant quelques auvents (j’ai eu la douleur indicible de perdre le mien, retourné comme un parapluie sur le toit du camion alors que nous faisions honneur à la tourte à la viande du resto des pistes). Je n’aurai alors pas d’autre alternative que d’entasser le matériel trempé dans le camion, mais grâce à l’hospitalité des Regnier et de leur douze pièces-cuisine roulant, nous n’avons pas eu à dormir à l’avant du Boxer ou à repartir piteusement le soir même. Merci à eux. »

Bon, on sait maintenant qu’il peut pleuvoir au Gaschney, et fort, mais nous y reviendrons l’année prochaine, parole de scout !

Concept: et réalisation: Hubert HOUSSIN    

Textes: Patrick TRAN-DUC

Concept et réalisation: Hubert HOUSSIN    

Textes: Patrick TRAN-DUC

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now