LEDENON                                                                                       5 avril

Bérézina Gardoise ...

 

La piste n’est pas un long fleuve tranquille et après une ouverture difficile à Nogaro mais la belle victoire de Stanis en Vintage 500, Hubert, Bob et Stanis n’ont pas été épargnés par les ennuis dans le Gard, sur un tracé exigeant autant qu’atypique, balayé par un Mistral soufflant à plus de 80 km/heure, ce qui laissa parfois redouter l’annulation des courses.

 

Dans toutes les catégories, anciennes et modernes, on déplora de nombreuses chutes, le vent, favorable aux pilotes dans la ligne droite des stands au bout de laquelle les petites vieilles atteignaient, pour certaines, 180 km/heure, exerçant ses effets latéralement dès le triple gauche, transformant les motos carénées en dériveurs…

 

Inconnu de Stanis et de Bob, un peu moins d’Hubert qui y avait conduit sa KH 400 voici quelques années de cela, ce tracé technique a d’emblée posé quelques problèmes de repérage aux deux premiers, un peu moins au troisième, qui participaient à deux séances d’essais libres afin de tenter de mémoriser le tracé.

« Une sorte de dépucelage, quoi, remarquait Bob ! »

Puis les essais chrono permettaient d’entrer dans le vif du sujet.

Hubert constatait d’emblée une perte de puissance du moteur de sa H1 dès le début des essais qualif. Mettant ça sur le compte des interminables vingt minutes d’attente en pré-grille ayant, pense-t-il, noyé une bougie, Il poursuivait sa route avec deux cylindres sur trois et à la clef le 28ème temps sur 29…

 

Bob qui avait tout lieu d’apprécier des modifications apportées à la partie-cycle de sa Kawa coque qui lui permettent de ridiculiser Marquez s’agissant de la prise d’angle jubilait… jusqu’au quatrième tour.

C’est à ce moment que choisissait son piston gauche pour déclarer forfait : fondu comme un gâteau de mariage un jour de canicule. Il ne pouvait signer que le 6ème temps de la catégorie, mais le pire était évité.

Pour Stanis, les ennuis étaient d’un autre ordre.

Dès le premier tour, il constatait que le second rapport décrochait en permanence. Dans ces conditions peu favorables, il signait le 18ème temps au classement général.

De toute évidence, les choses débutaient sous un jour peu favorable et on annoncait stage de mécanique intense sous les auvents du team !

500 VINTAGE

Première course : pistons fondus pour Bob, chute pour Stanis, panne électrique pour Hubert…

 

Deuxième course : Bob et Hubert cinquièmes de leurs catégories respectives, casse pour Stanis.

 

Dès le tour de chauffe de la première course, Hubert constate avec horreur qu’il a encore perdu un cylindre et il doit se résoudre à rallier le parc sans avoir pris le départ.

On ôte le réservoir de la Kawa pour constater que le fil d’alimentation d’une des bobines d’allumage pendouille… la panne con, s’il en est.

 

Bob qui a remplacé l’allumage de la Kawa coque, alias Tupolev, par celui du mulet et troqué le piston fondu pour une pièce d’occasion qui devrait « faire la rue Michel » prend le départ de la première course peu confiant, mais après un départ en fanfare, il pointe à la troisième place en Vintage 500.

Débordé par Jean-Charles Armand, de retour aux affaires, il se retrouve quatre mais le malheureux Jean-Charles chute devant ses roues.

Le bonheur des uns…

Stanis, puis deux concurrents Classic le passent à leur tour, mais tout s’arrête au cours du troisième tour.

Au démontage, il s’avère que ce sont cette fois deux pistons qui ont fondu.

 

Après la cannibalisation de la Yam paternelle afin de récupérer les carters et la boite de vitesses, Stanis prend le départ avec une moto remontée « à l’arrache » ou presque, ce qui n’est pas dans les habitudes de la famille Regnier, mais quand le temps presse, nécessité fait loi.

Au bout de quelques tours, Stan va au tapis, le pneu arrière est maculé d’huile.

Il redresse un bracelet rabattu par la chute et termine au ralenti, sans frein avant… pour terminer cinquième de sa catégorie, à un tour, un réel exploit dans ces circonstances.

500 VINTAGE

500 CLASSIC

Le départ de la seconde course étant donné le dimanche en milieu d’après-midi, tout ce petit monde est sur le pont avec des machines opérationnelles.

Hubert qui est en dernière ligne réalise un départ d’anthologie qui l’amène à une vitesse que la morale réprouve en milieu de peloton alors que certains sont seulement en train d’accélérer.

Il se faufile comme il le peut et pointe derrière les pilotes de la quatrième ligne à l’entrée du triple gauche !

Au deuxième tour, alors qu’il vient de dépasser Jeannot Roche dans la ligne droite des stands, il aborde à nouveau le triple, mais avec un surcroit d’optimisme cette fois et plutôt que de chuter, il tire tout droit dans le bac à graviers.

Quand il revient sur la piste, personne ne l’a attendu et il termine quinzième sur un circuit où les pilotes qui connaissent le tracé disposent d’un avantage certain.

 

A court de pistons, Bob qui a monté le haut moteur stock et de surcroit usé jusqu’à l’os, du mulet sur le bloc du Tupolev, réalise un excellent départ, mais très vite le manque de puissance se fait sentir, d’autant que le vent n’a pas molli d’un poil.

Il décide de s’accrocher afin d’engranger quelques points, et il termine cinquième, bien servi par les nombreuses casses et après une grosse émotion quand Stanis manque de le couper en deux suite au serrage violent de sa Yamaha !

 

Parti dans les derniers, ou peu s’en faut, le cadet du team remonte comme une balle quand, à deux tours de l’arrivée, alors qu’il est venu à bout du leader de la course, le moteur bloque violemment en bout de ligne droite, à pleine vitesse.

Un débris métallique est venu obstruer le gicleur principal du carbu de droite ce qui a provoqué le serrage immédiat et sans appel du moteur.

Roue bloquée, Stanis plonge dans le bac à graviers, sans chuter, mais manquant d’entraîner dans sa mésaventure Bob et Jean Roche sous les yeux des spectateurs estomaqués…

 

On le voit, un week-end en demi teinte, pour ne pas dire raté, pour les sociétaires du Team Seventy’s qu’on retrouvera en partie (Ludo, Bob et Patrick) fin avril à Croix en Ternois (les savoyards ont décidé de faire l’impasse sur la course nordiste) mais en totalité sur le tracé francilien de Carole, début Mai.

  Qualif           1ère course        2ème course            Championnat    

VMA VINTAGE 500          STANIS:                   5ème                                      6ème (chute)                           casse                                                      2ème

                                             BOB:                         6ème                                     casse                                         5ème                                                      8ème

VMA CLASSIC 500          HUBERT:                  7ème                                     abandon                                    5ème                                                      4ème        

   

Concept: et réalisation: Hubert HOUSSIN    

Textes: Patrick TRAN-DUC

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now