LE MANS                                                                                    19 juillet 

Ludo se déchaine !

"quant il n'y pas de chaine, il n'y a pas de plaisir "

 

 

 

 

Nouveau podium pour le Team en Vintage 500

 

Arrivé dès le jeudi après midi sur le paddock du circuit Bugatti, Bob avait copieusement balisé le terrain afin de réserver un espace décent aux membres du Team, présent au complet pour la première fois depuis longtemps.

 

Absents de Haute Saintonge pour des raisons diverses et bien entendu valables (communion de la petite dernière, stage de macramé incontournable ou appétence limitée pour le circuit charentais) de Pau-Arnos (éloignement), tout le monde était donc présent mi juillet au Mans.

 

Pour l’occasion, Hubert avait délaissé sa véloce H1 et alignait pour la première fois sa belle ZXR 400 noire/blanche aux couleurs de Zarco 2012, Stanis en faisant de même en troquant sa 350 Yamaha contre sa non moins superbe FZR 400, confiant la YR5 à son papa Philippe, pas fâché de disposer pour l’occasion d’une véritable balle de guerre…

Hubert et Stanis rejoignaient ainsi Ludovic, enfin de retour après son gros crash de Croix fin avril, au sein du plateau Evolution, dégarnissant du même coup une classe Vintage déjà réduite à peau de chagrin...

 

Pour les autres Seventy’s, pas de changement notable, Bob pilotant son désormais habituel Tupolev enfin fiabilisé et Patrick sa fidèle 350 S2 rouge R18TS.

Dès les essais libres, tout semble aller pour le mieux, chacun se déclarant satisfait de sa monture, sauf Patrick qui déplore un manque évident de souplesse et surtout de puissance de sa S2.

On ôte les bougies, celle du cylindre de gauche présente des traces suspectes d’aluminium fondu…

Le démontage du cylindre fautif laisse alors apparaître l’étendue du désastre : la calotte du piston a commencé à fondre et le segment de feu a disparu, ainsi qu’un gros morceau de la jupe !

Patrick est catastrophé, c’est la première fois depuis longtemps que la brave S2 accuse des signes de faiblesse. Heureusement, il possède un piston (et un seul) en cote 100 qui est monté derechef, la carburation étant augmentée de 5 points par mesure de sécurité.

 

Les frangins 

Bon score en Vintage

Trois membres du Team participaient aux courses regroupant les Vintage et les Classic : Fifi, Bob et Patrick.

Pour Philippe, c’est une grande première. Il a roulé le vendredi en essais libres afin de tester le nouveau vilebrequin monté par FGMS, tout a l’air parfaitement au point et la YR5 pousse très fort.

C’est la première fois qu’il pilote cette moto qu’il a dû adapter à sa morphologie et surtout son poids… Les réglages effectués sur la fourche et les amortisseurs portent leurs fruits, mais il ne peut que réaliser le troisième temps derrière les deux Honda lors des essais qualificatifs.

 

Il rate son départ lors de la première course et doit se résoudre à laisser partir les Honda, machines à battre dans la catégorie, avec lesquelles il perd le contact.

Au fil des tours, il prend confiance en cette nouvelle machine dont il commence à utiliser toute la puissance-moteur et qui le surprend par sa vitesse de pointe et ses accélérations.

La course ayant été stoppée suite à une chute à 5 tours de l’arrivée, il termine en tête de cette seconde partie, mais deuxième au cumul.

 

Lors du départ de la deuxième course, disputée le dimanche, il commence par marquer les Honda à la culotte, avant de les déborder au bout de quatre tours et de s’installer en tête.

Il commence à creuser le trou sur ses poursuivants, avant de devoir jeter l’éponge sur bris de tige de renvoi de sélecteur… trop bête !

 

Joyaux anniversaire, Bob

Après ses galères de Navarra et les forfaits de Haute Saintonge et Pau, Bob arrive au Mans avec une moto à peine rodée (vilebrequin, cylindres et pistons sont neufs), avec pour objectif avoué de terminer les 2 manches  et surtout de ne pas faire de mécanique !

Lors des deux séances d’essais libres destinées surtout à tout mettre en place, la moto n’est pas encore libérée mais fonctionne bien, exceptée une amorce de serrage à la fin du roulage qu’il contrôle immédiatement  (il roule en permanence avec 2 doigts sur l’embrayage…)

Avec 5 points de plus pour les gicleurs, la carburation sera ok pour le week-end.

Vendredi matin, ce sont les essais qualif. Il éprouve des difficultés à boucler un tour sans être gêné et la chute de  Bassignani provoquant la sortie du drapeau rouge, il choisit de rouler seul.

Tout le week-end, il subira d’énormes guidonnages dans la courbe Dunlop. Rien n’étant prévu sur la coque alu pour fixer un amortisseur de direction, il doit faire avec…  « j'aime beaucoup cette coque  mais c’est parfois c'est plus compliqué qu'un cadre d'origine, hormis le gain de poids indéniable, avoue t-il ».

Il réalise le 5éme temps, loin derrière les 500 Honda bi, à 1 seconde 5 de Fifi et sa très performante Yam et 115 centièmes derrière Patrick et sa S2 qui utilise le même moteur.

 

Essais qualif: Philippe qui se découvre des ailes sur  la Yam de Stanis réalise le troisième temps en Vintage 500 derrière les intouchables 420 Honda de Devillard et Bassignani, très à l’aise sur le tracé rapide du Mans, Patrick pour qui le retour sur le Bugatti après deux ans d’abstinence s’avère laborieux signe le quatrième et Bob le cinquième.

 

Première course

Bob réalise un excellent départ, mais sur le  Bugatti, le premier virage est loin et les grosses 750 ou 900 ont la part belle face aux petites 350.

Au troisième tour, il occupe la cinquième place, une seconde derrière Patrick quand une moto en feu (la 750 Honda de Jérôme Dumaine) provoque un drapeau rouge.

15 minutes plus tard, nouveau départ, il adopte un rythme plus élevé lors des  5 tours restant, bagarrant avec Raymond Duriez, en grande forme sur sa belle Aermacchi et Franck Zielinski qu’il parvient à contenir. Il termine 3éme 500 et 4 en vintage mais le classement étant effectué sur le cumul des 2 courses, il finit en fait 5ème en vintage et 3éme 500,  1 seconde 8 devant Patrick, en ayant amélioré ses temps de plus de 2 secondes, ce qui lui permet d’empocher 20 pts au championnat et surtout de voir le drapeau à damiers !

 

Deuxième course

Bob apprécierait de retrouver le podium (c’est son anniversaire…)  la 3éme place semblant devoir se jouer entre Patrick et lui, les Honda et la Yam de Philippe étant de toute évidence hors de portée.

Il prend un départ honnête sans plus,  mais surtout ne parvient pas à adopter le même rythme que la veille.

Au bout de quelques tours, il aperçoit Fifi arrêté en bord de piste, ce qui lui ouvre les portes de la troisième place, à condition de ne pas baisser la cadence.

Il finit 5éme 500,  très loin des trois Honda de Devil, Milley et Bassi et derrière Patrick qu’il n’a pas réussi à accrocher et qui le devance de plus de 10 secondes.

Au final, une course moyenne mais une satisfaisante 3éme place, pas de problème mécanique et encore de bons moments avec les copains et son fan club. Rien que du plaisir quoi…

 

Deuxième place 500 pour Patrick

Après la chaude alerte des essais libres, la petite Kawa de Patrick tourne comme une montre suisse. La première course ayant été disputée en deux épisodes pour les raisons que l’on connaît, il aborde la seconde avec le couteau entre les dents, bien que possédant peu d’espoir de podium, face aux Honda, bien plus véloces que sa S2 et la Yam de Philippe, qui semble, après de nombreux déboires mécaniques, allier enfin performances et fiabilité.

Mais alors que quatre tours ont été effectués, il aperçoit le malheureux Fifi  en bord de piste, de toute évidence en carafe.

Tout reste possible pour le podium 500, une bonne pelletée de charbon, il parvient à déborder Bob et à prendre la tangente, terminant quatrième derrière trois Honda diesel, ce qui, au cumul des deux courses, lui permet d’accéder à la deuxième marche du podium en carton bouilli.

La suite des aventures du Team Seventy’s après Magny-cours !

 

 

 

 

Dans le clan Evolution alias Evo,  familièrement baptisé « moto plastique » par comparaison avec les Vintage et Classic, construites en grande partie en acier victorieux,  la première série d’essais libres commence par le baptême de la piste pour la ZXR 400 de Hubert, pilotée pour l’occasion par Stanis qui est le plus à même de juger le comportement de la rampe de carbus FCR identique à celle équipant sa YAM FZR. De toute évidence, quelque chose cloche au plan carburation.

 

Au bout de deux tours, la FZR réintègre le paddock afin de subir quelques ajustements, avant de repartir pour 2ème séance avec Hubert au guidon. Rebelote, le ZXR s’étouffe à l’accélération !   Après différentes modifications et essais (à vitesse réduite, ça va de soi) dans le paddock, il faut se jeter  à l’eau pour la séance d’essais qualificatifs. Mais Hub doit se rendre à l’évidence, le ZXR ne fonctionne toujours pas, ce qui le conduit à rentrer au parc à l’issue du deuxième tour.  Suivant le règlement du VMA, 3 tours effectués sont nécessaires pour la qualification, mais la gentille organisatrice Evelyne Desbordes donne son accord afin qu’Hubert soit toutefois au départ.

Il partira de la dernière ligne, 39ème sur 39 ! Quant à Ludo qui reprend la course au guidon de son Aprilia restaurée et après une convalescence forcée de 2 mois, et Stan (FZR 400), ils vont s’octroyer le 19ème temps (Ludo) et le 12ème (Stan).

 

Première course : au feu au feu…

Hubert, comme à son habitude, débute sa première course en fanfare, réalisant un départ canon dont il a le secret qui le propulse de la dernière place aux alentours du 18ème rang au pont Dunlop. De toute évidence, le ZXR envoie fort !  Malheureusement, alors qu’il n’a même pas bouclé  un tour, le collecteur se désolidarise du tube de fuite, ce qui provoque un début d’incendie que les commissaires stoppent par deux jets d’extincteur. Il en sera quitte pour un bon nettoyage !

 

En seconde finale, c’est un problème moteur plus sérieux qui le contraint à stopper au 4ème tour sous le pont Dunlop (en face de Ludo qui a perdu sa chaine), la Kawa ayant subitement perdu de sa puissance. En tout et pour tout, il n’a roulé en course que 5 tours avec son nouvel engin lors du week-end. De toute évidence, la Kawa a du potentiel, maintenant c’est au pilote de progresser.

 

Quant à Stanis, il a pris un excellent départ qui le place dans les dix à l’abord de la passerelle Dunlop, il grappille quelques places, puis doit s'arréter à cause d'une bobine crayon déconnectée, il souléve le réservoir (trés bien pensé sur le FZR) remédie au problème et repart loin des premiers mais avec des performances de très bon augure pour la suite.

Après une petite modification apportée entre les 2 courses à l’admission d’air, le FZR fonctionne encore mieux ce qui permettra à Stan de terminer 7ème de la seconde course, une belle prestation pour un pilote qui n’en n’est qu’à sa deuxième sortie en Evolution.

 

Ludo dont les départs ne sont pas le point fort,  termine douzième de la première course, et alors qu’il roulait sur un bon rythme, il doit stopper sous le pont Dunlop à l’issue du 5ème tour, ayant perdu sa chaine de transmission. 

 

 

DEPART de la course 1    VMA EVO     (Stan, Hubert et Ludovic dans les cercles noirs)

Concept: et réalisation: Hubert HOUSSIN    

Textes: Patrick TRAN-DUC

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now