NAVARRA Espagne                                                                   24 mai 

 

Navarra : heurs et malheurs  espagnols

 

Trois membres du Team : Bob, Hubert et Stanis s’étaient donné rendez-vous sur le circuit de Navarra en Espagne.

Ce très  beau tracé digne d’un GP développe 3933 mètres et se caractérise par une bonne organisation, avec un seul bémol : la piste se trouve au centre d’un grand plateau, ce qui a fait que les participants et leurs assistances ont souffert de trois jours de grand vent, nettement moins qu’à Ledenon, mais suffisamment pour écarter toute velléité de bronzette dans le gigantesque parc coureur.

 

A Navarra, la procédure de départ est différente de celle employée en France… Les pilotes doivent se présenter devant le portail d’accès au circuit, le portail s’ouvre et se referme 3 minutes plus tard et tout ce petit monde part aussitôt pour un tour de reconnaissance.

Arrivé sur la grille, chaque pilote découvre un panneau au sol portant son numéro (donc pas d’erreur  et de perte de temps possible), on attend quelques minutes, puis on part pour un tour de chauffe à l’issue duquel le départ est donné.

On évite ainsi, les sempiternelles 20 minutes d’attente « à la Française » qui font chauffer les petites vieilles, avec toutes les conséquences imaginables…

 

Essais chronos : coup de chaud pour Hubert…

 

Après les essais libres du vendredi qui ont permis à Stan et Hub de découvrir le circuit (Bob y a déjà couru l’année passée), c’est le samedi que les hostilités commencent.

Bob a été contraint d’abandonner sa coque alu, alias Tupolev, son vilebrequin a rendu l’âme lors des essais libres.

Il devait être reconditionné entre Carole et Navarra, mais faute de trouver des  cages à aiguilles neuves, Bob a du se résoudre à rouler avec un moteur pas de la première fraîcheur.

Le week-end débute bien mal pour lui, il devra utiliser son mulet, nettement moins performant.

 

La grille étant peu remplie, les Vintage et Classic tournent ensemble. Durant les deux premiers tours, Stan et Hub roulent de concert, l’YR5 et la H1 fonctionnent parfaitement, tout s'emboite à la perfection, à première vue.

Mais au troisième tour  Hub arrive très rapidement sur une Honda 350 très lente et se met en demeure de la passer en toute logique à l’extérieur, à l’entrée d’un virage rapide à 90 degrés. Mais c’est à ce moment  que le pilote Honda redresse sa moto pour une raison indéterminée, provoquant l'accrochage.

Les deux motos se retrouvent carénage contre carénage, Hub fait pivoter le guidon de la 350 avec son épaule gauche et c’est la chute pour le pilote Honda qui rejoindra l’hôpital de Pamplona, avec 6 cotes cassées dont 2 avec double fracture ! 

Certains pilotes ne sont pas des plus rapides mais ils possèdent des trajectoires conventionnelles et leur dépassement est toujours sans problème, ce n’était pas le cas avec le malheureux pilote Honda. 

Perturbé et meurtri par cet accrochage (un gros hématome au bras gauche), Hub doit prendre sur lui pour réaliser un temps correct en fin de séance (2’09, ce qui le place 3ème des 500 Classic et 7ème sur la grille)  quant à Stanis il a déjà trouvé le mode d’emploi du circuit espagnol et il se positionne 4ème sur la grille (1er des 500 Vintage avec un très beau chrono de 2’06).

Quant à Bob, il est encore et toujours poursuivi par la malchance. Le mulet qui dispose d’un moteur récemment reconditionné ne tourne plus que sur 2 cylindres à partir du 3ème tour. Il n’a pas eu le temps de signer un temps correct et il se retrouve 7ème des VINTAGE (21ème sur la grille) en 2’23.

 

Festival Stanis et Hubert

1ére course : Hub qui se trouve juste derrière Stan sur la grille (en 7ème position) réalise comme à son habitude un super départ avec son H1 et se retrouve 3ème au premier virage.

Mais dans les virages serrés, l’agilité du petit 350 Yam de Stan fait la différence et il parvient à passer le H1.

Au fil des tours, Stan distance Hub et son H1 et engage un mano à mano avec une 750 Honda très véloce et la petite Yam parvient même à passer la grosse Honda qui s’avère bien plus puissante en ligne droite.

Une belle course à l’actif de Stan qui termine 4ème au général (1er des 500 Vintage) et de Hub, 5ème au général (1er des 500 Classic).

Pour Bob, c’est le fond de la dégoûtation, dés que le moteur est chaud le Kawa 350 (mulet) ne tourne plus que sur 2 cylindres, sans doute par la faute d’un allumage défaillant.

 

2ème course : crevaison pour Hub !

Dix minutes avant de pénétrer sur le circuit, Hub ôte la béquille de la 500 H1 et là stupéfaction, le pneu arrière est crevé ! 

Alors s’engage une course contre la montre : il faut sortir le mulet (Kawa 400) de la remorque, placer le transpondeur et préparer du mélange afin de faire le plein.

Le 400 est prêt juste à temps pour l’ouverture de la grille qui permet d’accéder au circuit, 3 minutes plus tard c’était foutu !

Départ, le 400 Kawa se défend plutôt bien dans les parties sinueuses mais il n’est évidemment pas au niveau des 500 Pantah, H1 et autres T500 dans la longue ligne droite.

Hub signe son meilleur temps en 2’15 (au lieu de 2’09 avec le 500H1) et termine 5ème des 500 Classic.

Stan réalise la même course que précédemment mais sans toutefois pouvoir aller chercher la Honda 750 de Didier Calmettes, rapide et fort bien menée.

Etant donné que le poleman Bernard Tabarly ne participait pas à cette seconde course, Stanis termine 3ème au scratch, montant pour la seconde fois sur la plus haute marche du podium 500 Vintage.

Bob, lui est désabusé, le mulet ne fonctionne correctement que durant 2 tours, c’est inexplicable.

Un très mauvais week-end qu’il conviendra d'oublier au plus vite mais qui le fait stagner au championnat.

Hubert et son fils                                                                             Stanis et son père                                                                   Découpe d'une bulle par l'ex prothésiste dentaire, tout un art ! 

 

Evolution : premier roulage pour la FZR et prise en main pour Stanis.

Stan qui avait un (bref) instant envisagé de faire l’impasse sur Navarra après ses misères de Carole s’est  inscrit en Evolution afin de roder le FZR et de découvrir la catégorie.  Les essais libres lui permettent de découvrir quelques anomalies, comme un reniflard de boite qui projette de l’huile sous le dosseret ou un embrayage qui patine malgré le montage de disques Racing.

Rien de grave, il s’avère que le tarage des ressorts est insuffisant, le remplacement est effectué en un tournemain.

Détail, le remplacement en dernière minute du pneu avant Avon par un Conti plus gros  fait que le pneu touche le bas de carénage ! Une petite mise au point des gicleurs et la FZR semble au point pour sa première course.

Aux essais, le quatre cylindres fonctionne bien et Stan s’octroie un chrono correct de 2’06 (comme avec sa 350 Yamaha) ce qui est fort honorable mais à 9 secondes du leader…

Cela semble tout à fait logique pour un premier roulage avec une moto qui lui est inconnue puisqu’il n’a jamais roulé avec ce type de machine, même pas sur la route.

Le nouveau pilote Evo peut être satisfait de cette première prise de contact.

 

Première course : départ correct, la FZR monte très bien dans les régimes. Les 7 premiers se détachent et Stan se maintient à la 8ème place jusqu’au moment où la batterie refuse sans préavis tout service (pas assez chargée).

C’est l’abandon mais sans amertume, Stan sait maintenant où il en est et qu’il se trouve sur la bonne voie.

Deuxième course : un départ en fanfare le voit pointer au premier freinage en 3ème position !

Un tantinet décontenancé et ne se jugeant pas à sa place, Stan ne sait plus où il en est… Une seconde de flottement permet à d’autres pilotes de le dépasser, tout est revenu dans la logique des choses. Stan occupe à nouveau la 8ème place devant 2 autres pilotes que, prenant de l’assurance, il se met en demeure de distancer.

Un bilan très positif pour la FZR et son jeune pilote ; bien-sûr des améliorations devront être apportées et Stanis devra continuer à apprendre à rouler avec ce type de moto n’ayant pas grand chose à voir avec son antique RD 350.

Pourtant, les temps réalisés avec la 350 lui auraient permis de s’attribuer une place de 13ème sur la grille des EVO, plus qu’honorable !

                       Qualif           1ère course        2ème course        3ème course            Championnat    

Prochain rendez-vous avec les pensionnaires du Team Seventy’s les 13 et 14 juin sur le circuit de Haute Saintonge, toujours sans Ludo, encore convalescent après son accident de Croix en Ternois et sans Patrick qui apprécie moyennement le tracé et l’indigence des sanitaires du circuit charentais…

VMA VINTAGE 500          PATRICK:                                                                                                                                                                                                                                     7ème

                                             BOB:                         7ème                                    abandon                                  abandon                                                                                                     5ème

                                             PHILIPPE                                                                                                                                                                                                                                  14ème

                                             STAN                        1er                                          1er                                            1er                                                                                                            4ème

 

VMA CLASSIC 500          HUBERT                   3ème                                       1er  (500 H1)                         5ème  (400 KH)                                                                                    2ème    ex  aequo

                                             LUDOVIC     

 

VMA EVOLUTION             STANIS                   13ème                                      abandon                                 8ème

                                             LUDOVIC     

A chacun son occupation 

Concept: et réalisation: Hubert HOUSSIN    

Textes: Patrick TRAN-DUC

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now