CROIX EN TERNOIS                                                                    26 avril

 

Croix en Ternois : deux sur le podium

 

Effectifs réduits pour le troisième round du Championnat VMA disputé fin avril à Croix en Ternois.

La Savoie Connection ayant décidé de faire l’impasse sur la course nordiste, principalement pour des raisons techniques, Ludo (en Evolution), Bob et Patrick (en Vintage 500) représentaient le team sur le sympathique petit circuit de Croix pour un meeting qui s’annonçait un tantinet humide.

On verra que ce pronostic pessimiste n’était pas totalement justifié…

 

Le ton était donné dès les essais chrono disputés sur une piste sèche. Le meilleur chrono était réalisé par Bruno Leroy et son antique CB350 juste avant de casser, ce qui lui permettait de prendre le départ de la première manche au guidon de la belle XT 500 de Christian Desbordes, Patrick Tran-Duc signait le cinquième temps scratch, à deux dixième du premier 500, Patrick Milley et Bob le septième, ce qui le plaçait troisième en 500.

Ces résultats encourageants pouvaient laisser espérer de bons résultats à venir, si, cette fois, le Tupolev dévoreur de pistons voulait enfin lâcher le coude du malheureux Bob…

Quant à Ludo, il réalisait le septième temps en Evolution B (en raison de leur nombre important, les Evo avaient été séparés en deux groupes), une performance notable dans une catégorie peuplée de jeunes pilotes dont les dents rayent le parquet…

 

 

1ère course (piste sèche) : consécration pour Bob, misère pour Ludo

 

Patrick : partant de la deuxième ligne, je loupe totalement mon départ ce dont profite lâchement Bob qui se retrouve troisième à l’entrée du premier virage !

Je bataille durant plusieurs tours avec Milley qui me fait la barbe à plusieurs reprises au gros freinage de ce même premier virage (Maggy pour les intimes). Un sacré freineur, le moustachu et à ma grande surprise, je constate que ma brave petite S2 est aussi rapide que sa belle 450 Honda Drixton.

A quelques tours de l’arrivée, je décide de remettre une pelletée de charbon et je parviens à venir à bout de Bob que je laisse batailler avec Milley, m’échappant, tout du moins je le crois, vers la première place en 500.

Mais fatalitas, alors qu’il ne reste qu’un tour à boucler, je bute au virage du Pont sur Remi Bachimont qui peine avec son mulet Seeley peu performant (parti des stands avec dix secondes de pénalité, le malheureux s’est trouvé englué bien malgré lui dans le paquet de tête).

Je marque un temps, ce dont Bob et Milley en embuscade profitent lâchement pour me passer, c’est râpé pour la première place, je finis trois. Crotte alors !

 

2ème course (piste sèche avec traces humides) : bis repetita

 

Cette fois, je démarre comme si l’apéro du midi en dépendait, mais à nouveau, Bob et Patrick Milley s’esbignent en tête, suivis comme leur ombre par un Rouanet en grande forme qui sera le seul à descendre en dessous de la barre des 1’09 au tour avec son petit mono Ducate pourtant pas extrêmement rapide.

A nouveau, je me retrouve trois en 500, mais à la régulière cette fois, y’a rien à objecter.

La piste est sèche, mais de larges traces d’humidités subsistent ça et là, tout ce que je déteste.

Patrick et Bob sont déchainés et ils terminent dans cet ordre devant Vincent Rouanet, Rik Wambacq, un belge peu causant pilotant un sublime twin deux temps Benelli et ma pomme, cinquième, donc.

Bob connaît le bonheur de monter sur le podium à l’issue d’une course de toute beauté, un exploit récompensé par une rose rouge offerte par Evelyne, la madone du paddock, qu’il s’empresse d’offrir avec quelques mots chuchotés et vraisemblablement graveleux à l’oreille de Mariette, ma groupie préférée.

On est tous contents pour lui qui n’a pas arrêté de bricoler sa S2 à l’issue des séances d’essais libres et se dit inquiet de l’état du piston gauche, bouffé aux mites.

 

Course 3 : que d’eau, que d’eau !

 

Particularité de la course VMA de Croix : ce ne sont pas deux, mais trois manches qui sont proposées aux heureux participants par le club de Dany Dieudonné, un bonus fort apprécié, les deux meilleurs résultats étant pris en compte pour le classement du championnat.

Mais alors que nous attendons patiemment en pré-grille, sous les éclairs de flash des nombreux photographes de la presse internationale et que de nombreuses fans à forte poitrine nous présentent leur tee-shirt afin que nous y apposions notre signature, quelques fines gouttes de flotte commencent à s’écraser sur les réservoirs et les bulles de carénages et le moral des troupes tombe d’un coup au fond des chaussettes…

Et ce qui devait arriver arrive, le départ est donné sous une drache drue comme pissat de bovidé. Je décide de tirer parti de ces conditions de course que beaucoup, à commencer par moi, abhorrent et alors que Bertrand Perreau, incroyable d’aisance sous la pluie (il me collera plus de 30 secondes au total), Eric Quartier, Rik Wamback et Didier Tanguy s’envolent, je tente de rester en contact avec le peloton.

Eric Quartier est prématurément arraché à notre affection par un pneu défectueux (je ne citerai pas la marque, que je ne connais d’ailleurs pas) et me voilà quatrième, en vue de Didier qui ne commet pas d’erreur sur sa Triumph.

Malgré quelques incantations rapidement psalmodiées, destinées à tenter de provoquer une panne d’allumage ou tout autre avatar connu sur sa belle anglaise, (ce qui me permettrait de monter sur le podium scratch) l’arrivée est jugée dans cet ordre, et grâce à l’écart qui me sépare de Bob et Patrick Milley, je m’adjuge la première place en 500 au général de la course.

Au final, un bilan plus que positif pour les pilotes tri-cylindriques du Team qui finissent premier et troisième de l’épreuve en Vintage 500, beaucoup moins pour le malheureux Ludo, écarté des circuits pour un temps par sa fracture de la clavicule subie dès le premier tour de la première course et qu’on ne reverra sans doute pas avant le Mans, en juillet, si tout va bien.

 

Prochaine épreuve, les 9 et 10 mai sur le circuit Carole, avec cette fois un Team Seventy’s presque complet (Ludo sera là en supporter) et une catégorie Vintage 500 riche de tous ses éléments de pointe : Bassignani, Leroy, Devillard, Roche, Armand et autres toxiques seront cette fois de la partie…

 

Effectifs réduits pour le troisième round du Championnat VMA disputé fin avril à Croix en Ternois.

La Savoie Connection ayant décidé de faire l’impasse sur la course nordiste,

 

                       Qualif           1ère course        2ème course        3ème course            Championnat    

VMA VINTAGE 500          PATRICK:                 3ème                                      3ème                                        3ème                                        1er                                                           7ème

                                             BOB:                         4ème                                      1er                                            2ème                                         3ème                                                      2ème

 

VMA EVO                           LUDOVIC:                12ème                                   chute                                         non couru                                          

   

Concept: et réalisation: Hubert HOUSSIN    

Textes: Patrick TRAN-DUC

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now